Aller au menu Aller au contenu

Visite guidée

Manosque, pas à pas

Plongez dans le centre historique de Manosque pour en découvrir tous les secrets cachés…

TVERGOZ_Manosque_vieilleville_016

Manosque, cité millénaire, était jadis cernée par un rempart et quatre immenses portes. Situées aux points cardinaux, elles donnaient l’accès privilégié au centre de la ville.

La porte sud, dite de la Saunerie date, dans son état actuel, de la fin du 14ème siècle, alors que la ville existait déjà depuis 300 ans avant J.C. « Saunerie » vient du mot provençal Sau qui signifie sel. Un entrepôt installé juste en face de cette porte permettait de stocker le sel et l’on venait y payer la gabelle, l’impôt sur le sel. Vous pourrez aujourd’hui découvrir sous la porte de la Saunerie une représentation simplifiée des armoiries de Manosque.

La porte Soubeyran, au nord, fut construite au 13ème siècle. La partie supérieure est séparée du bas par une balustrade et surmontée d’une tour avec horloge. L’ensemble date du XIXème siècle. Le tout est couronné d’un campanile en fer forgé, réalisé en 1830 par Bauchamp d’Apt, à la forme de poire (ou de bulbe) pour rappeler la forme des remparts de la ville médiévale. « Soubeyran » est également un terme provençal. Elle est appelée ainsi pour indiquer que c’est la porte la plus haute de la ville, celle qui se trouve au Nord

TVERGOZ_Manosque_vieilleville_071

Au bas de la « Rue d’Aubette », se trouvait autrefois l’une des quatre portes de la ville, la Porte d’Aubette. « Aubette » signifie « petite aube » car, si elle est tournée vers l’Est, c’est celle qui reçoit le moins de soleil et qui est aussi la plus basse. Elle permettait d’entrer directement dans le quartier d’Aubette, populaire et très animé. Les tavernes attiraient un grand nombre de passants.

 

La Porte Guilhempierre, à l’ouest, comme la rue sur laquelle elle donne, porte le nom du notaire de Guillaume IV, dernier Comte de Forcalquier, qui avait rédigé les deux chartes qui régissaient les droits et obligations bien spécifiques des Manosquins.

Cette porte fut détruite vers 1830, au moment des épidémies de choléra dans le but de lutter contre la maladie, l’insalubrité et pour permettre à davantage de lumière de pénétrer dans la ville. La porte que vous découvrirez aujourd’hui date des années 1980. Elle a été reconstruite ainsi lors des premières fêtes médiévales de Manosque.